APS les bénéfices

 

Pratiquer régulièrement une APS permet de :

– Lutter contre la sédentarité 
– Améliorer la qualité et la durée de la vie.
– Prévenir les risques de maladie et participer à l’amélioration de la santé en cas de maladie chronique.

 

La pratique d’une APS régulière et adaptée permet de :

– Entretenir le moral et le bien-être  – Maintenir et développer la force, le tonus musculaire ainsi que le capital osseux 
– Améliorer le fonctionnement cardiaque et la circulation sanguine ainsi que la vascularisation des tissus  – Favoriser l’oxygénation cellulaire 
– Réguler la glycémie (c’est-à-dire le taux de sucre dans le sang) et les niveaux de cholestérol  – Lutter contre le surpoids et l’obésité 
– Diminuer les risques d’apparition de certains cancers  – Prévenir les chutes chez les personnes âgées 
– Prévenir l’ostéoporose  – Aider à lutter contre la dépression, l’anxiété et le stress 
– Améliorer le sommeil et le contrôle de soi  – Prévenir certaines déficiences mentales liées à l’âge.

 

Les APS ont démontré scientifiquement leur intérêt dans de nombreuses pathologies :

– Hypertension artérielle.

– Asthme et affections des poumons.

– L’oxygénation cellulaire n’est pas une pathologie

– Déficiences respiratoires et l’oxygénation cellulaire. – Obésité.
– Hypercholestérolémie. – Diabètes de type I et de type II.
– Ostéoporose. – Dépendances (alcool, tabac, etc.).

– Cancer du côlon chez l’homme

– Cancer du sein chez la femme ainsi que les risques de rechute.

 

N’hésitez pas à prendre conseil auprès de votre médecin ou d’un médecin du sport.
C’est lui qui réalisera l’examen médical sanctionné par la remise d’un certificat médical préalable à la délivrance d’une licence sportive pour l’ensemble des disciplines pratiquées en ou hors compétition (loisir) si cela est votre désir. Dans les autres cas, il très utile de prendre un avis médical. 

Test d’évaluation forme 

 

L’exercice régulier d’une APS peut contribuer à réduire le risque de cancer du sein et du colon :
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié de nouvelles recommandations mondiales en faveur de la pratique sportive. En effet, la pratique de 2h30 d’exercice physique par semaine peut réduire ce risque de cancer.
«L’exercice physique a un grand rôle à jouer dans la réduction de l’incidence de certains cancers » : Dr Ala Alwan, Sous-Directeur général à l’OMS pour le groupe Maladies non transmissibles et santé mentale.